FANDOM


REFERENCES :

http://music.africamuseum.be/instruments/french/rwanda/rwanda.html

Domaine culturel

a) Variation culturelle

En abordant l'étude de la culture rwandaise, on se trouve d'emblée devant une évidence: cette culture n'apparaît pas comme un bloc monolithique, encore qu'une description valable pour tout le pays puisse être tentée. L'étude montre deux ordres de variations (d'Hertefelt, 1962 : 22): une variation verticale fondée sur les différences existant entre les trois groupes de populations, variation qui a subi pas mal de modifications depuis la fin de l'ère monarchique. Et une variation horizontale, celle des différences régionales, souvent considérée à partir du modèle culturel du Rwanda central. Mais les deux variations sont corrélatives car, au temps de la monarchie, cette région fut celle où se concentra le modèle culturel et artistique Tutsi élitaire, avec la cour royale qui développa une forme de mécénat dans certains domaines artistiques et fut le lieu où musiciens citharistes, aèdes ou simples déclamateurs-chanteurs étaient invités et séjournaient pour un temps relativement limité, lieu de séjours prolongés et réguliers des tambourinaires et joueurs des sifflets insengo, danseurs et danseuses royaux, lieu où se sont développés certains genres musicaux et chorégraphiques (Gansemans, 1988 : 27). C'est également dans cette région que se produisit de manière intensive une forme d'acculturation entre les trois groupes de population, surtout entre les Tutsi et les Hutu. Et au fur et à mesure qu'on s'éloigne du centre vers les régions périphériques, là où l'administration centrale n'avait pu s'implanter aussi fort et réaliser le même modèle, la variation culturelle s'accroît.

Les régions à considérer dans le cadre de la dite variation et en rapport avec cette présentation sont, grosso modo:

  • Le Rwanda central (Gitarama, Kigali, une partie de Butare) irradiant

son influence vers l'est et vers le sud

  • La région du Nord-Nord-Ouest (Ruhengeri-Gisenyi)
  • Le Nord (Buberuka - Rukiga)
  • La région de la crête (une partie de la province actuelle de Gisenyi,

les provinces actuelles de Kibuye et Gikongoro soit: le Kingogo, le Budaha, le Nyantango, le Bwishaza, le Buyenzi, le Bunyambiriri et le Bufundu)

  • La région du Kinyaga avec à côté l'enclave du Bukunzi-Busozo
  • Les régions du Ndorwa, du Mutara, du Mubari et du Gisaka
  • Les régions du Buganza et du Bugesera.

Dans toutes ces régions, la proportion des trois groupes de population et leurs diverses occupations et métiers traditionnels ont déterminé l'émergence de tel trait culturel plutôt que tel autre.

b) Les arts

Le sens artistique traditionnel des Rwandais peut être défini comme exprimant le Beau lié à l'Utilitaire. D'Hertefelt (1962 : 73) nous dit à ce propos: "L'art était intimement associé au métier, à la compétence technique et professionnelle… L'imitation de modèles existants était normative, surtout dans la littérature de cour, la branche la plus riche. L'art se développait par répétition et amplification de thèmes, de motifs et de techniques existants."

Traiter l'art rwandais en général n'est pas l'objectif de cette présentation qui, le titre l'indique, concerne la musique et la danse rwandaises. Cependant, si l'art décoratif est plus manifestement lié à l'utilitaire (décoration des objets domestiques, décoration des armes de guerre avec dessins peints, gravés, pyrogravés …), les deux domaines concernés n'échappent pas à ce trait culturel. La musique et la danse étaient liées à des événements historiques, des célébrations, des rituels, des cérémonials dont ils rehaussaient l'éclat. Ce n'est que fort tard que la cour royale entretint des artistes et de groupes d'artistes dont les prestations n'étaient destinées qu'au seul plaisir de l'œil et de l'oreille.

LA MUSIQUE

Rwanda001C 20180620

Il existe au Rwanda, une musique donnant lieu à la danse, celle des Imbyino et une musique faite pour la simple écoute, celle des Indirimbo. Cet art a souvent été lié à la poésie et à l'éloquence. La musique, la danse et la poésie ont toujours constitué les manifestations les plus spectaculaires de la culture rwandaise. Eléments d'identité et de socialisation, ils ont profondément imprégné la vie de ce peuple de travailleurs de la terre, de pasteurs et de gardiens de troupeaux, de potiers et/ou se livrant à d'autres métiers. Ils ont été transmis oralement. En eux se reflètent l'histoire, les valeurs essentielles, les usages et la vision du monde des Rwandais

Rwanda001B 20180620